Fil infos

Scène de liesse à Oued Zem après la montée du club local de football en Botola D1

Des scènes de liesse et de joie ont animé les rues de la ville de Oued Zem après la montée historique du Rapide Club de Oued Zem (RCOZ) en Botola Maroc Télécom D1 suite à sa victoire samedi face au Wydad sportif Temara (1-0) .

Oued Zem

«On mérite notre montée en première division. Le staff technique, les joueurs, le bureau dirigeant et le public ont déployé des efforts considérables tout au long de la saison pour réaliser cet objectif». Tels sont les premiers mots de l’entraîneur du club d’Oued Zem, Adil El Bakkari, après le coup de sifflet final de l’arbitre Youssef Harraoui.

El Bakkari peut savourer cet exploit inédit que toute la ville d’Oued Zem attend depuis 91 ans. C’est la première fois de son histoire que le Rapide, créé en 1926, accède chez l’élite. La joie des joueurs après leur accession et les scènes de liesse des supporters dans les gradins et ensuite dans l’ensemble des artères de la ville atteste ce moment historique qu’a vécu samedi 20 mai la ville d’Oued Zem.

Historique, c’est le mot employé par le président du club, Amine Nouara, pour qualifier la montée en D1 de son club. «Cette accession est un moment historique. Le bureau dirigeant a travaillé de manière professionnelle tout au long de l’année pour atteindre cet objectif, même si nos moyens financiers étaient limités», a-t-il indiqué au «Matin» en fin de rencontre. Rachid Slimani, capitaine du club, a, quant à lui, parlé d’un rêve devenu réalité : «c’est un rêve qui se réalise. Notre joie est indescriptible. Nous cueillons les fruits d’un an de travail.

On est classé premier de la Botola D2. Cet exploit n’est pas le fruit d’un hasard, mais le résultat d’un travail collectif du staff technique, des joueurs, du bureau dirigeant et des supporters. C’est sûr que le grand gagnant de cette épopée du club, c’est la population d’Oued Zem.» L’engouement et la ferveur populaire qui sont nés de cette montée constituent une énergie positive pour la ville d’Oued Zem. Les autorités doivent maintenant capitaliser sur cette fierté et cette joie pour tirer la ville vers le haut. Samedi, tous les habitants étaient fiers d’être des fils d’Oued Zem.

Lematin