Mehdi Bennani: « C’est l’un des événements les plus importants au Maroc »

La WTCC AFRIQUIA Race of Morocco est particulière à plus d’un titre. Non seulement elle constitue la manche d’ouverture de la nouvelle saison du FIA World Touring Car Championship, mais elle est aussi la manche à domicile pour le héros local Mehdi Bennani. Voici ce qu’il avait à dire.

Que représente pour vous le fait de courir devant vos fans à domicile ?
“C’est quelque chose de fort, c’est un gros événement car tout le monde attend cela au Maroc. C’est l’un des événements les plus importants au Maroc, donc bien entendu de belles choses peuvent arriver, surtout si je peux faire un bon résultat et me battre pour la victoire.

Ressentez-vous une grosse pression en tant que héros local ?
“Les gens attendent de moi quelque chose de bien, donc il y a effectivement de la pression, mais c’est une bonne pression. Je préfère avoir ce genre de pression que pas de pression du tout.”

Comment vous êtes-vous préparé pour votre course à domicile ?
“C’est un mélange entre de l’entraînement et du travail promotionnel. J’ai un bon programme d’entraînement avec un nouveau coach cette année, et nous essayons d’être plus forts sur le plan physique. Avant Marrakech, il y a beaucoup d’événements avec des partenaires, et il est important d’être présent.”

C’est la seconde année que les courses de WTCC se disputeront sur le nouveau tracé du Circuit Moulay El Hassan. Combien de changements allez-vous apporter aux réglages de votre voiture et à votre style de pilotage à partir de ce que vous avez appris l’an passé ?
“Beaucoup ! Nous savons que ce sera un gros challenge de disputer une course de ce niveau, et nous devons donc à chaque fois renouveler la voiture, essayer d’autres réglages.”

Aimez-vous courir sur des circuits en ville ?
“Vous devez toujours être à la limite, mais vous ne pouvez pas toucher le mur, c’est donc un juste milieu entre les deux. Parfois vous devez aller à la limite, parfois vous devez flirter un peu avec le mur. La chose que je peux dire c’est que les qualifications seront la clé pour un bon résultat, car il n’est pas facile de dépasser.”

A quel point était-il difficile de rouler sous la pluie l’an passé ?
“Du fait que c’est un circuit en ville, le niveau de grip n’est pas le même sur toutes les parties de l’asphalte, il était donc difficile de maintenir la voiture sur la piste. C’était un gros challenge car ce n’est pas souvent que vous courez sous la pluie à Marrakech.

Vous arrivez à Marrakech après un gros programme de tests. Avez-vous pu suivre votre tableau de marche, et boucler toutes les choses prévues ?
“Oui. Nous avons essayé beaucoup de choses, et beaucoup de nouvelles choses.”

Votre patron d’écurie Sébastien Loeb est venu vous rendre visite à Monza. Que vous a-t-il dit ? Vous a-t-il donné des conseils ?
“Il donne des conseils, coach toujours les gens qui sont là, l’équipe, les pilotes. C’est très fort d’avoir l’aura de Sébastien Loeb avec nous. C’est la référence, et c’est bien de l’avoir de notre côté.”

Le WTCC bénéficie d’une hausse de sa couverture TV cette année. A quel point est-ce important pour vous et vos sponsors ?
“Il y a une très bonne couverture autour du WTCC, et la course de Marrakech, c’est donc bien pour mes sponsors, et pour les fans.”

Cette saison marque le 60e anniversaire du premier Grand Prix du Maroc de Formule 1. Que pensez-vous de cette échéance ?
“C’est quelque chose de fort, et 1957 représente beaucoup de choses pour moi. Pas seulement cet anniversaire, mais c’est également l’année de naissance de mon père, qui est décédé cette année. C’est donc bien d’avoir tous ces souvenirs.”

fiawtcc