L’arbitrage vidéo sera bien présent au Mondial russe

L’arbitrage vidéo (VAR) devrait bel et bien être de la partie en Russie pour la prochaine Coupe du monde (14 juin – 15 juillet).

L’International Football Association Board (IFAB), instance internationale qui détermine et fait évoluer les règles du football, a autorisé son usage lors d’une réunion à Zurich, samedi en Suisse.

Le Board, qui a tiré en janvier un bilan « très positif et encourageant » des expérimentations menées et analysées par la KU Leuven, a donc avalisé la présence du VAR pour toutes les compétitions et donc le Mondial 2018. Le corps arbitral aura trois mois et demi pour huiler la communication entre les assistants vidéo et l’arbitre central en vue de la compétition.

L’IFAB a précisé que la décision a été prise à l’unanimité des membres de l’instance (la FIFA ainsi que les fédérations à l’origine des lois du jeu: Angleterre, Pays de Galles, Écosse et Irlande du Nord). « Cette réunion historique ouvre une nouvelle ère dans le football avec l’assistance vidéo qui aidera à améliorer l’intégrité et la justice dans ce sport », pouvait-on lire dans le communiqué.

L’autorisation d’un quatrième remplacement pour une équipe en cas de prolongation a également été actée. « La décision d’appliquer la VAR et le quatrième remplacement pour la Coupe du monde sera prise lors du prochain Conseil de la FIFA, le 16 mars à Bogota. Nous encourageons le Conseil à prendre une décision favorable à cet égard », a précisé Gianni Infantino, président de la FIFA et défenseur du VAR.

Le VAR ne peut être utilisé que dans quatre situations
La vidéo a été testée depuis deux ans dans 20 compétitions, internationales comme la Coupe des Confédérations, et dans des championnats comme la Jupiler Pro League, la Bundesliga allemande et la Serie A italienne. Elle a suscité des réactions diverses, entre thuriféraires, opposants farouches et dubitatifs.

Pour rappel, le VAR ne peut être utilisé que dans quatre situations de jeu: après un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou pour corriger une erreur sur l’identité d’un joueur sanctionné.

Belga