Le Directeur de l’IRIS évoque les atouts du Maroc pour l’organisation de la Coupe du monde de football 2026

Le Maroc est un pays «stable et réformateur», a souligné le Directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS-France) et spécialiste de géopolitique du Sport, Pascal Boniface, en évoquant les atouts dont dispose le Royaume pour obtenir l’organisation de la Coupe du Monde de football 2026 .

C’est aussi un pays qui «dispose déjà d’une bonne partie des infrastructures requises», a-t-il affirmé dans un entretien publié par l’hebdomadaire «Jeune Afrique» dans sa dernière livraison.

«C’est un pays qui est comme placé au centre de l’Asie, de l’Europe et de l’Afrique, ce qui est un avantage naturel auquel les votants (pour la désignation du pays hôte) ne seront pas tous insensibles», a ajouté cet expert en soulignant les chances du Maroc, après son retour à l’Union africaine (UA), d’attirer des voix africaines.

M. Boniface, qui a salué la désignation des deux stars africaines, l’Ivoirien Didier Drogba et le Camerounais Samuel Eto’o, comme ambassadeurs de la candidature marocaine, a également estimé envisageable que des pays européens soutiennent la candidature marocaine, évoquant le cas de la France et de l’Espagne.

Pour séduire en dehors du Continent, le Maroc ne manque pas d’arguments : le fuseau horaire, la proximité et les perspectives d’affaires sont autant d’atouts susceptibles de se traduire en votes des fédérations européennes, écrit à ce sujet «Jeune Afrique» qui cite aussi les relations au beau fixe du Royaume avec la majorité des pays arabes «sans compter le renforcement des partenariats avec les pays asiatiques».

L’hebdomadaire relève, par ailleurs, que dans sa stratégie de collecte de voix, le Royaume compte énormément sur la solidarité africaine, citant des officiels qui ne se lassent pas de répéter que «la candidature marocaine est une candidature africaine».

La publication a rappelé le dépôt de candidature du Maroc le 11 août dernier par M. Faouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et la nomination par SM le Roi Mohammed VI, le 11 janvier, de Moulay Hafid Elalamy, à la tête du comité de candidature, qui a enclenché moins d’une semaine après, «l’opération séduction du Royaume».

« Pas question de faire une candidature de figuration, nous présenterons un dossier de haute facture», souligne Elalamy cité par «Jeune Afrique».

Les membres de la Fédération internationale de football association (FIFA) décideront, le 13 juin, à Moscou qui du Maroc ou du trio composé par les Etats-Unis, le Canada et le Mexique aura le privilège d’accueillir l’événement sportif le plus prestigieux de la planète.

MAP

Be the first to comment on "Le Directeur de l’IRIS évoque les atouts du Maroc pour l’organisation de la Coupe du monde de football 2026"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*