Fil infos

Présentation à Paris de la 4ème édition du raid Sahraouiya

Outre sa consolidation au niveau national, le Raid Sahraouiya, un challenge sportif et solidaire dédié exclusivement aux femmes, entend, à l’occasion de sa quatrième édition, renforcer son ancrage au Continent africain et sa visibilité à l’international, ont affirmé, jeudi à Paris, les organisateurs de cet événement.

Ce raid, qui sera organisé du 03 au 10 février à Dakhla sous le haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, met le sport au service de causes et combats nobles portés par des femmes courage dont l’engagement les poussent à se surpasser en portant les couleurs d’associations diverses.

Il sera marqué cette année par plusieurs nouveautés, ont annoncé les organisateurs lors d’une conférence de presse de présentation du raid tenue au siège de la représentation de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) dans la capitale française.

Parmi les 40 équipes participantes (2 concurrentes par équipe), cinq seront, entre autres, composées cette année de concurrentes de haute stature venant de plusieurs pays d’Afrique (Kenya, Nigéria, Cameroun, Mali, Ghana et Afrique du Sud), une nouveauté dont s’est réjouie Mme Laila Ouachi, organisatrice et présidente de l’association Lagon Dakhla.

«C’est très important pour nous d’avoir des femmes d’influence qui vont porter très haut les couleurs de la Sahraouiya à Dakhla, au Maroc », a-t-elle affirmé dans une déclaration à la MAP.

La solidarité n’est pas exclusive d’une cause ou d’un pays, a-t-elle précisé, en soulignant que toutes les participantes sont animées par leur fort engagement en faveur de causes nobles.

Alliant sport, émotion et découverte dans un site exceptionnel, l’édition 2018 de la Sahraouiya, renforce aussi sa percée à l’international en accueillant une nouvelle marraine en la personne de Mme Stéphanie Fugain (épouse du célèbre chanteur Michel Fugain), présidente de l’association Laurette Fugain de lutte contre les leucémies, qui participe avec 3 équipes françaises formées de six femmes connues pour leur implication dans la vie associative.

« On a choisi cette année une marraine internationale et française connue pour la sensibilisation en faveur d’une cause noble, la lutte contre les leucémies, dont l’association concourt avec trois équipes, ce qui permettra de donner plus de visibilité à notre projet », a indiqué Mme Ouachi, observant que la présidente de l’association Lorette Fugain, du nom de sa fille emportée par une leucémie, est une femme et une mère de grand courage qui a su transformer sa douleur et sa révolte en une force. Cette énergie et cette volonté ont été mises au service de la recherche contre cette maladie et pour la sensibilisation au service des dons de vie, a-t-elle souligné.

Dans une déclaration à la MAP, Mme Fugain s’est dite très honorée d’être choisie comme marraine de cet évènement, qui rassemble des femmes autour de causes et de combats différents et qui vont se surpasser et montrer aux patients et personnes malades notamment, que le combat continue.

Mme Fugain entend aussi par cette participation lancer un appel au don de sang, de plaquettes et de moelle osseuse, sans lesquels les malades ne peuvent vivre.

« Le combat que ma fille n’a pu gagner, moi et mon équipe on le reprend en main et entendons dire à tous que c’est inadmissible de ne pas être donneur. Tout le monde est concerné », a-t-elle affirmé avec détermination.

Mme Fugain sera marraine de cette édition, aux côtés de Mme Aicha Echenna, présidente de l’association Solidarité féminine et marraine de coeur de l’évènement depuis le début de l’aventure Sahraouiya.

Par ailleurs, Mme Ouachi a annoncé une autre nouveauté, à savoir le lancement prochain d’une nouvelle « marque ».

Face à un « engouement de plus en plus important de la part de femmes de différents horizons, le raid Sahraouiya a une nouvelle ambition : celle de faire évoluer ce mouvement solidaire et sportif à travers la création d’une marque + Spirit of solidarity+, une plateforme internationale d’évènements, d’actions concrètes et d’engagements sur le terrain (échanges, soutiens, formation) », a-t-elle indiqué.

Ce mouvement va vivre en marge de « Challenge Women Dakhla » ou Sahraouiya, qui sera toujours là pour toutes les femmes marocaines qui veulent participer à cet événement. Ce nouveau nom résonnera mieux à l’international, a-t-elle dit.

A l’instar des éditions précédentes, Sahraouiya 2018 est aussi sportive avec des épreuves phares : VTT, Canoë, Bike & Run, trai de nuit et course d’orientation.

Plusieurs autres intervenants ont pris la parole à l’occasion de cette conférence de presse, à laquelle ont pris part de nombreux médias français et marocains, pour raconter leurs expériences dans le cadre de ce raid ou encore pour donner des explications techniques et logistiques sur la prochaine édition.

M. Khalid Mimi, directeur de l’ONMT en France, qui est partenaire dans l’organisation du raid, a expliqué notamment la portée humaine de cet évènement, qui s’inscrit aussi au coeur de la stratégie du développement du tourisme solidaire à Dakhla, destination de rêve entre mer et désert et capitale de plusieurs sports dont le surf et le kit-surf.

MAP