Maroc-Égypte : « Dans une CAN, il faut s’adapter »

À un jour du choc Maroc-Égypte, pour le compte des quarts de finale de la CAN 2017, le sélectionneur national, Hervé Renard, a réitéré l’engagement de l’équipe nationale à s’imposer et aller le plus loin possible dans la compétition. Il a estimé qu’il faut s’appuyer sur la dynamique de groupe pour « marquer l’histoire » de la griffe des Lions de l’Atlas.

Maroc-Égypte

La tension monte à un jour du choc des quarts de finale de la CAN 2017, entre le Maroc et L’Égypte. Naturellement, la première question concerne l’état de la pelouse, qui inquiète. Comme d’habitude, Hervé Renard ne se dérobe pas et refuse d’y trouver une excuse. « Dans une CAN, il faut s’adapter remarquablement, a-t-il lancé. Se plaindre ne sert à rien. Nous devons tout faire pour nous qualifier en demi-finale. Le plus important est d’être présent à 20h sur la pelouse, peu importe son état. »

Impossible de ne pas aborder l’historique des matchs entre les deux nations nord-africaines. Mais là encore, le technicien français n’y accorde que peu d’importance. « Le passé est le passé. Il ne sera pas là demain. Félicitations aux anciennes équipes nationales du Maroc d’avoir enregistré beaucoup de victoire face à l’Égypte, mais nous avons un retard de 10 ans à combler« .

Le coach vire ensuite au côté émotionnel. « Il nous faut rendre le peuple marocain heureux. Il y a un certain désamour avec l’équipe nationale et c’est un peu normal quand les résultats ne sont pas là. Des gens m’appellent du Maroc pour me dire qu’ils sont supporters du Barça et du Real, mais le sentiment de fierté par rapport aux Lions de l’Atlas n’est pas du tout pareil. À nous de marquer l’Histoire! »

Toujours élogieux envers ses concurrents, Renard a tenu à souligner la valeur de la sélection des Pharaons, septuple championne d’Afrique. « L’Égypte on la connaît par coeur, c’est une équipe très forte. Ce n’est pas pour rien qu’elle participe. Ce sont de grands compétiteurs qui viennent pour gagner. Pour moi, c’est un honneur d’affronter Hector Cuper, compte tenu de la grande carrière qu’il a derrière lui. Nous avons atteint l’objectif indispensable de se qualifier pour les quarts de finale. Mais il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Quand il y a une dynamique qui se crée, il faut se baser dessus pour aller le plus loin possible. »

Be the first to comment on "Maroc-Égypte : « Dans une CAN, il faut s’adapter »"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*